Les communiqués n'engagent que leurs auteurs

augmentation des tarifs de l'électricité ! énergie, dette, France (EDF) et l'impasse du nucléaire

publié le 05 janvier 2011

Pour la seconde fois en 6 mois, le Gouvernement se prépare à autoriser EDF à augmenter le coût du KW électrique et bientôt - et à quel prix? -le changement de compteurs...
Fin 2009, les dettes de RTE (Réseau Transport d'Electricité), filiale d'EDF se montaient à 6,3 milliards d'euros.
A ce jour, EDF n'est plus majoritaire dans le conseil de surveillance de RTE : de 6 sièges sur 12, elle passe à 4, ce qui lui a permis de ne plus inscrire dans ses comptes les dettes de RTE.

En 2009, son endettement se montait à 42,5 milliards d'euros pour un résultat brut d'exploitation de 17,5 milliards, soit 2,5 fois plus ! On le voit : EDF, c'est bien ENERGIE, DETTE, FRANCE .
Ce tour de passe-passe lui permettrait de faire retomber son endettement à 36 milliards, pour partie dû aux lourds investissements des années 70 et du début des années 1980, et, pour une autre partie, à l'achat de plus de trente sociétés privées étrangères.
Les 16% d'actionnaires privés d'EDF vont s'en trouver soulagés.
Mais,

C'est sans compter avec l'entretien des 58 réacteurs vieillissants dont EDF a obtenu la prolongation de durée de vie de 30 à 40 ans ; certains tablent sur 60 ans. Actuellement, une visite décennale comme celle de Fessenheim par exemple, c'est 40 millions d'euros de travaux et 24 millions d'euros pour la maintenance, soit 73 000 euros par mégawatt, soit plus de 4,5 milliards pour une visite décennale de l'ensemble des tranches, à ré-évaluer avec le vieillissement et l'usure, et s'il n'y a pas de grosses surprises et/ou d'accidents graves.

-C'est sans compter avec les surcoûts de l'EPR dont d'autres, notamment AREVA, le détenteur du brevet, et Bouygues, le constructeur et ses sous-traitants, souhaitent multiplier la construction. Prévu en 2003 à 3 milliards d'euros, le prototype de Flamanville est passé à 3,3, en 2005, puis à 4 milliards en 2009, à 5 milliards en 2010 et selon nos propres sources, à au moins 6 au final. En 2005, le mégawatt nucléaire était estimé à environ 45 euros, en 2008 à 54 euros; en 2010, à 65 euros, et au final avec 2 ou 3 ans de retard, qu'en sera-t-il? Et combien pour le deuxième réacteur EPR de Penly, voulu par le Gouvernement? Un mégawatt/heure à plus de 75 euros?

C'est sans compter sur le démantèlement des installations nucléaires de base en cours et à venir. Pour information, le seul démantèlement de la petite centrale de BRENNILIS de 70 mégawatts est évalué, au cours actuel, à ...480 millions d'euros ( combien au final?).

C'est sans compter sur les travaux du trou de BURE pour le stockage profond des déchets vitrifiés, dits de haute et de longue activité, d'abord évalué à 35 milliards d'euros et estimé, à terme, selon nos sources à plus de 50 milliards d'euros, (opérationnel en principe en 2025), pour lequel EDF doit être mise à contribution.

C'est sans compter, dans une moindre mesure, sur l'augmentation du prix de l'uranium.


Aussi, l'estimation du coût du KW nucléaire actuel et à venir est-elle largement sous-estimée. En affirmant que le KW électrique nucléaire français est le moins cher d'Europe, voire du Monde, le Gouvernement ment monumentalement aux Français.
A son arrivée à la tête d'EDF, le nouveau PDG PROGLIO a demandé ...25% d'augmentation du KW/H. “ Insupportable! “a déclaré le Gouvernement !
En une seule fois, certes,aussi l'augmentation va-t-elle se faire par étapes successives. Elle ne sera pas due, comme on veut le faire croire ( Plus c'est gros, mieux ça passe) aux aides accordées au photovoltaïque( zéro plus epsilon...), incriminé par le lobby ou à l'Union européenne mais bien à cause du centralisme nucléaire et de la fin du cycle.

Pour le CRILAN,
Didier ANGER

1 http://www.romandie.com/ats/news/110103115545.fqp7nbr8.asp
2 http://www.moneyweek.fr/20101244828/conseils/actions/uranium-nucleaire-cameco/

Retour aux communiqués

Résistances Caen 2003-2017 - contact