Les communiqués n'engagent que leurs auteurs

Sortir de l'état d'urgence

publié le 21 décembre 2015

En réaction à l'horreur des attentats, l'état d'urgence a été décrété par le gouvernement, aggravé et prolongé. Nos organisations ont immédiatement exprimé leurs craintes vis-à-vis de ce régime d'exception ; ces craintes sont aujourd'hui confirmées.Ces abus doivent cesser.
Localement, il y a eu des interdictions et manifester n'est plus un droit effectif. Le préfet se justifie par son incapacité à sécuriser alors même qu'il autorise d'autres événements sur la voie publique.
Ceci se traduit par des arrestations, des gardes à vue, conduit au renforcement des amalgames et aux pratiques discriminantes, notamment de la part des forces de police. Ce ne sont pas «  les terroristes qui sont terrorisés », ce sont des jeunes et des populations victimes de l'arbitraire .

Les atteintes portées au contrat démocratique sont une mauvaise réponse aux actes terroristes. Notre pays a été blessé, mais loin d'en apaiser les plaies, l'état d'urgence risque de les exacerber en appauvrissant notre démocratie, en délégitimant notre liberté.

Dans ces circonstances, nous appelons les organisations locales signataires de l'appel « nous ne céderons pas » à se constituer en collectif local pour :

-mettre en place un dispositif de veille citoyenne sur la mise en œuvre locale de l'état d'urgence : identifier et dénoncer des abus et atteintes aux droits et libertés publiques (comme par exemple les contrôles et intimidations à l'occasion de la marche climat), interpeller les autorités préfectorales sur les actes administratifs pris au nom de l'état d'urgence, et les parlementaires sur les cas concrets pour le contrôle parlementaire ....

- par un travail d'information et de sensibilisation sur les droits imposer un débat public, pour une réponse démocratique au terrorisme, pour la levée de l'état d'urgence et pour refuser une réforme constitutionnelle préparée dans l'urgence et au contenu inacceptable.

La Ligue des droits de l'homme appelle d'ores et déjà celles et ceux qui sont victimes ou témoins de l'arbitraire à la contacter.


Les sections de Caen et Hérouville de la LDH

Retour aux communiqués

Résistances Caen 2003-2017 - contact