Les communiqués n'engagent que leurs auteurs

Communiqué du collectif de vigilance contre l'état d'urgence « nous ne céderons pas !».

publié le 22 novembre 2016

Communiqué de la LDH, ATTAC, Libre pensée, FSU, Solidaires, KIC

membres du collectif de vigilance contre l'état d'urgence « nous ne céderons pas !».


Mercredi 23 novembre le secrétaire de l'UL CGT de Caen est convoqué devant le tribunal pour outrage envers le responsable de la sécurité publique. Il lui est concrètement reproché d'avoir signé un communiqué de son organisation mettant en cause l'attitude provocatrice de la police lors des manifestations contre la loi travail.


Pour nous, ces poursuites sont inacceptables.


Nous avions dénoncé un maintien de l'ordre fondé sur une stratégie de la tension qui limitait de fait le droit de manifester par un déploiement démesuré des forces de l'ordre. L'état d'urgence servait de justificatif à des interventions policières disproportionnées.


En poursuivant un responsable syndical le parquet cautionne et prolonge cette stratégie. Quelle est le but d'une telle poursuite ? Intimider celles et ceux qui veulent contester l'arbitraire des pouvoirs publics ? Si tel est le cas, il s'agit d'une dérive importante contre les droits collectifs.

Pire encore, le parquet poursuit une personne alors que les faits sont imputables à un collectif ; Il s'agit là d 'un retour déguisé à la loi « anti casseurs» que les législateurs ont abrogé parce qu'elle était contraire aux droits de l'Homme.


Nous appelons les citoyennes et les citoyens soucieux de défendre nos libertés fondamentales à participer aux actions de l'intersyndicale du 23 novembre

8h30 devant le tribunal sur la presqu'île

10h manifestation

Retour aux communiqués

Résistances Caen 2003-2017 - contact