Les communiqués n'engagent que leurs auteurs

Situation de l'UFR STAPS au 23 mars 2017

publié le 23 mars 2017

La crise revient à l'UFR STAPS! Eh oui, les belles paroles de la Présidence n'auront servie à rien: moins de 2 semaines après la reprise des cours, les problèmes se sont accumulés à vitesse grand V. Cours ne pouvant avoir lieu, copies non transmises à des enseignants, accumulation de pratiques sportives dans une même journée, date de partiels 4 jours avant l'examen, etc.

Bref, je ne vous fais pas un dessin, vous commencez sans doute à saisir un peu ce qui ce trame au campus 2.

Hier, 200 étudiants se sont réunis dans la matinée afin de manifester leur mécontentement. A la suite de cela, le bureau du directeur de l'UFR STAPS (Antoine Gauthier) a été déménagé par des étudiants de STAPS, sans qu'aucun matériel ne soit cassé. Par ailleurs, il n'y a eu aucune effraction, puisque tous les bureaux étaient ouverts. Puis, le groupe est parti intervenir dans les amphi pour présenter une nouvelle fois les dysfonctionnements. Entre temps, la présidence de l'université, en la personne de P.Denise, a décidé de fermer administrativement le bâtiment STAPS. Il y avait donc une dizaine de vigils de la mag sécurité pour fermer les portes. Pour autant, malgré la fermeture administrative, quelques personnes continuaient de travailler dans le bâtiment (comme par hasard, il s'agissait des gens de la direction - les profs, quant à eux ont été contraints de sortir).

Même si des poubelles ont été disposé devant les entrées entre 14h et 16h, toutes les personnes présentes dans l'UFR avaient la possibilité de sortir.

Enfin, ce que semble oublier P.Denise, c'est que c'est bien à cause de l'organisation de l'Université et de sa tendance à la rationalisation, et non à cause des mouvements des manifestants, que les conditions de travail et "la sérénité" du personnel administratif sont systématiquement remises en cause.

La présidence tente d'enfumer la communauté universitaire via des mails mensonger, voilà la réalité! Et pourquoi agit-elle de la sorte? Eh bien parce qu'elle flippe, elle sait pertinemment que les politiques qu'elle mène conduisent à la destruction de notre service public!

A titre personnel, et pour ne pas laisser filer cette impulsion, je propose que l'on se retrouve lundi à 17h, sous la galerie vitrée pour refaire bouger le campus, sur les questions de dysfonctionnements et de sélection en M1 (à Rouen, pour info, il y a eu un blocage de l'UFR de Psycho ces 2 derniers jours).

Retour aux communiqués

Résistances Caen 2003-2017 - contact