Les communiqués n'engagent que leurs auteurs

Situation à l'UFR STAPS, lettre ouverte des étudiants

publié le 24 mars 2017

Mesdames, Messieurs, chers étudiants et personnels de l'Université de Caen Normandie,


Suite à l'email envoyé par Pierre Denise explicitant les événements survenus dans l'UFR mercredi 22 mars au matin, ainsi que son annonce d'un dépôt de plainte contre X pour effraction, séquestration, dégradation et vol, nous souhaitons nous exprimer sur la réalité des faits. Je vous invite avant de poursuivre la lecture de ce mail, à lire le communiqué en pièce jointe.


Nous souhaitons également apporter quelques éléments plus détaillés n'ayant bien sûr pas été jugés pertinents pour expliciter les faits dont nous sommes accusés, mais que nous pensons, nous étudiants, qu'il est important de vous transmettre :

Antoine Gauthier n'était pas à l'UFR lors de notre action dans son bureau, la porte était ouverte, le « complice » est donc tout trouvé (1). Antoine Gauthier est arrivé plus tard, accompagné d'agents de MAG Sécurité, après que nous ayons quitté le bâtiment.
Article et vidéos de Ouest-France à l'appui, nous ne sommes restés devant le bâtiment que quelques minutes et avons réalisés 2 actions ou nous chantions pour demander à Antoine Gauthier de venir nous rencontrer dans un amphi, invitations refusées 2 fois. Entre temps, nous informions les étudiants STAPS encore en cours sur le campus.
Lors du déménagement, les étudiants ont été insulté publiquement de « débiles » à plusieurs reprises, de « Q.I. de moules » et d' « endoctrinés par des connards » ainsi que bousculés dans les escaliers par une enseignante-chercheuse menaçant par la même d'appeler les forces de l'ordre.
Article et vidéos de Ouest-France à l'appui, nous n'étions pas 50 mais 200. La plainte comporte dès lors un problème arithmétique.
À midi nous étions notamment tous en train de manger au restaurant universitaire.
Des poubelles ont effectivement été empilées devant les portes de l'UFR, mais pas devant l'entrée principale ni devant le garage (entrée sous-sol face à l'IUT) à la demande de MAG Sécurité, pour pouvoir laisser une issue de secours. Celle-ci leur servait aussi de sortie de service pour aller se ravitailler chez McDonald.
Entre mercredi et jeudi, nous avons demandé 3 fois à Antoine Gauthier de venir nous rencontrer dans un amphi, il a refusé par 3 fois de se retrouver face à de trop nombreux étudiants, malgré une proposition à 15 représentants et une assemblée en droit d'écoute.

Concernant les événements d'hier, nous avons effectivement bloqué le bâtiment Science 1, n'ayant aucun lieu où pouvoir nous réunir et travailler puisque l'UFR STAPS est fermée administrativement depuis mercredi. Un groupe d'étudiants de Science ayant forcé un accès de secours pour rentrer dans le bâtiment, sans l'abîmer, nous avons été particulièrement vigilants en effectuant des rondes dans le bâtiment, en faisant fermer un maximum de salles (dont les salles informatiques en liaison avec l'UFR Informatique) par l'apparitrice et les agents de sécurité. Constat a été fait avec plusieurs interlocuteurs dont la directrice du département chimie, des agents de sécurité incendie, qu'aucune dégradation n'avait eu lieu. À la levée du blocage à 17 heures, l'ensemble des tables et des chaises ont été remises dans les salles de cours, action nous ayant valu les remerciements des personnels qui auraient été chargés de la remise en ordre. Nous n'avons aucun intérêt à dégrader nos lieux d'étude, menacer ou agresser des fonctionnaires à notre service, notre ligne de conduite est claire et respectueuse, mais visiblement des individus tentent de criminaliser le mouvement. Faut-il les laisser faire ?


Bien à vous.

Les étudiants de l'UFR STAPS



(1) « Le bâtiment a été envahi par des étudiants qui n'ont pu rentrer qu'avec une complicité interne. » Pierre Denise (http://www.libertebonhomme.fr/2017/03/23/universite-de-caen-le-president-porte-plainte-les-etudiants-reagissent/)

Retour aux communiqués

Résistances Caen 2003-2017 - contact