Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009

Dans le cadre de la semaine de grève initiée par les assistants d'éducation, une manif-action était appelée ce mercredi 6 mai. C'est plus d'une centaine de personnes qui répondent à l'appel avec le renfort non négligeable des étudiants en lutte de l'Université. Le rendez vous est fixé au phénix du campus 1 . L'organisation est quelque peu chaotique, les tracts mettent du temps à arriver, de même que la banderole confectionnée spécialement pour l'occasion. Des petits groupes sont partis en éclaireurs afin de permettre le déroulement de l'action. Vers 15h, les manifestants se dirigent vers la station de tram et s'engouffrent dans un véhicule direction Hérouville Saint-Clair. Des policiers du SDIG montent aussi et suivent les manifestants. Pendant ce temps là, les premiers arrivés en voiture se dirigent vers l'inspection académique, le lieu choisi pour l'action. Une vingtaine de personnes y rentrent et commencent à s'installer dans le hall d'accueil dans le calme. L'hôtesse d'accueil est un peu surprise mais elle prend la chose avec philosophie et prévient ses supérieurs de l'arrivée des manifestants.

Moins de deux minutes après leur arrivée, un fourgon et une voiture de police arrivent sirènes hurlantes sur le parking de l'inspection académique.
Ils se garent et les occupants commencent à s'équiper en tenue de maintien de l'ordre. A l'intérieur du bâtiment, les manifestants se regroupent, ils passent des coups de fil pour savoir où se situe le reste des manifestants. Moins de dix minutes après, ces derniers arrivent par le tram et forment un cortège ; les policiers qui les suivent préviennent leurs collègues. Ils se déploient alors vers l'entrée du bâtiment afin d'empêcher une jonction entre les manifestants. Ceux arrivés par le tram accélèrent le pas au vue des informations données par leurs camarades à l'intérieur. Malheureusement, la jonction ne pourra pas se faire car les policiers ont été plus prompts et ont formé une ligne devant l'entrée du bâtiment. Des renforts de la BAC arrivent ensuite puis de nouveau un fourgon et une voiture. Le cortège qui se trouve dehors essaye de parlementer afin d'entrer mais rien n'y fait : leurs camarades sont « enfermés » dans le bâtiment par la police ! Voyant que la situation n'allait pas se décanter, les manifestants restés dehors décident d'aller manifester dans les rues d'Hérouville. Des tracts sont distribués aux quelques passants présents. Un arrêt est marqué à la mairie. Une petite délégation arrive à rencontrer l'adjointe chargé de l'éducation. Ils discutent ensemble des suppressions de poste qui concernent l'académie et plus précisément de ceux d'Hérouville. Visiblement, elle n'est pas très au courant de ce qu'il se passe dans ses collèges et lycées. Elle promet
néanmoins d'envoyer des informations par mail au collectif des pions. Le cortège se dirige ensuite vers le centre commercial Carrefour, lieu de passage très fréquenté. Juste avant d'entrer, un responsable des vigiles vient au devant du cortège et demande à ce que tout se passe bien. Un deal est établi entre manifestants et vigiles sur le déroulement de la manif à l'intérieur du centre commercial. Les manifestants pénètrent dans la galerie marchande et distribuent à tout de bras les tracts indiquant les détails des suppressions de postes, l'accueil est généralement bon. Le cortège ressort de la galerie marchande et il se dirige vers l'inspection académique afin de récupérer les autres manifestants « pris en otage par la police ». En cours de route, ils apprennent que ces derniers ont pu quitter le bâtiment et qu'ils se trouvent au terminus du tram. La décision est prise de les attendre et de prendre ensemble le même tram pour redescendre sur le campus. Ironie de l'histoire, le tram emprunté par les manifestants au retour a été victime, quelques temps auparavant, d'un accident mineur. Il est obligé de terminer son service à la station Calvaire Saint Pierre. Les manifestants décident donc de faire le reste du trajet à pied en passant par les cités U. A hauteur des bâtiments Vissol, un étudiant prévient le cortège que la directrice de l'UFR de psychologie donne un cours devant 30 personnes (alors que cette promo en compte 1 50). Une bonne partie des manifestants rentre dans l'amphi et va perturber son cours.

Partager sur Facebook Bookmark on del.icio.us


Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°1
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°2
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°3
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°4
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°5
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°6
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°7
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°8
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°9
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°10
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°11
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°12
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°13
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°14
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°15
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°16
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°17
Manifestation des Assistants d''éducation à Hérouville le 6 mai 2009 photo n°18

18 photos

Résistances Caen 2003-2020 - contact