Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009

Les premières informations ont circulé dimanche en fin d''après midi, la présidente rouvrirait les bâtiments ce lundi matin. Très rapidement, par les moyens modernes de communication, l''information circulait. Un rendez vous est fixé à partir de 7h15 au phénix pour empêcher cette réouverture et faire appliquer la décision d''AG de blocage. Dès 6h du matin, des militants sont présents sur le campus et effectuent des rondes pour détecter la présence éventuelle des forces de l''ordre. En effet, depuis la veille, circulait une rumeur selon laquelle un comité d''accueil serait présent dès 7h. Cette information s''est révélée fausse. A 7h15, il y a peu de monde devant le phénix, juste une journaliste. Quelques étudiants attendent en face de l''université. Peu à peu, les militants arrivent : à pied, en vélo, en tram et en voiture. Très vite, le groupe grossit et compte près de 70 personnes, ce qui est remarquable à une heure aussi matinale. Après 20 minutes, le groupe décide de se déplacer vers la cour d''honneur. Le secrétaire général de l''Université passe devant le groupe. Il aperçoit des syndicalistes étudiants et va leur parler. Il leur explique que la réouverture se fait uniquement "pour la tenue des réunions pédagogiques" qui permettront la reprise des cours. L''information est ensuite redistribuée au reste du groupe. Beaucoup sont sceptiques. L''heure tournant, des petits groupes décident d''"inspecter les bâtiments" de l''extérieur. C''est alors que le gros des manifestants tombe nez à nez avec la présidente de l''Université qui arrive dans son véhicule personnel accompagnée de son mari. Sa voiture est immédiatement entourée. Elle essaye de se dégager et y parvient non sans avoir manqué de renverser un étudiant. Après ce léger incident, les manifestants retournent vers le phénix pour être "plus visible".

Mais, un étudiant revoit Josette Travers arriver, le groupe est aussitôt prévenu et repart vers le bâtiment Présidence. Heureusement pour elle, elle a le temps de rentrer dans le bunker, gardé par deux vigiles. Les étudiants aperçoivent de plus en plus d''enseignants se presser devant les entrées des bâtiments notamment Sciences. Un petit groupe s''y rend et constate que les portes de Sciences D sont ouvertes. Ils préviennent le reste des étudiants qui se déplacent vers cette entrée. Là, seules quelques personnes osent entrer, la plupart reste dehors. Les enseignants-chercheurs observent cela avec inquiétude. Quelques minutes après, une voiture banalisée de police est repérée en train de se garer juste devant l''entrée. Son conducteur est connu des "services militants", une de ses consœurs le rejoint. La confusion règne au sein des étudiants, une personne propose de se réunir sous la galerie vitrée afin de discuter des actions mener. C''est finalement devant le bâtiment Présidence que se tient la réunion. Deux propositions sont faîtes à la centaine de personnes présentes : le reblocage des bâtiments ou le débrayage des cours ayant lieu sur d''autres campus. C''est la première solution qui recueille le plus de suffrages. Les étudiants prennent donc la direction de l''entrée de Sciences D et ressortent tables et chaises pour rebloquer. Ce bâtiment est bloqué en à peine 5 minutes, preuve que des automatismes ont été pris. Une discussion un peu houleuse a lieu dans le couloir d''histoire entre des étudiants et la direction de cet UFR.

Après le bâtiment Sciences, c''est au tour du bâtiment Lettres d''être bloqué. Là aussi, en quelques minutes, toutes les entrées sont condamnées. Puis, les étudiants ont le choix entre le bâtiment Droit et celui des Inscriptions. Bien évidemment, c''est celui du Droit qui est choisi. Deux étudiants partent en courant vers le bâtiment mais ils s''aperçoivent rapidement que l''administration l''a fait fermé afin qu''il ne soit pas bloqué. Peine perdue, les étudiants arrivent à trouver une porte non fermée et s''engouffre dans le bâtiment. Il est bloqué en moins de 5 minutes. Après cela, tous les étudiants ressortent du bâtiment. Certains font une pause à la cafétéria la Parenthèse, d''autres vont discuter avec les enseignants-chercheurs qui se trouvent devant la MRSH, fermée par décision de la présidente.

Partager sur Facebook Bookmark on del.icio.us


Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°1
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°2
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°3
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°4
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°5
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°6
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°7
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°8
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°9
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°10
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°11
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°12
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°13
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°14
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°15
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°16
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°17
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°18
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°19
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°20
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°21
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°22
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°23
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°24
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°25
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°26
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°27
Reblocage du campus 1 contre la LRU le 18 mai 2009 photo n°28

28 photos

Résistances Caen 2003-2020 - contact